Première édition du festival de gros mots « les Mots Durs » à Besançon

Mots-Durs

Besançon. La première édition du festival « Les Mots Durs » se déroulera à la Gare d’eau les 26, 27 et 28 septembre prochain. Soit une semaine après la 13e édition du désormais bien installé festival « Les Mots Doubs ».

Annette Billenmain, directrice de ce qui est présenté comme le premier « festival français de gros mots », a bien voulu répondre à quelques questions.

Pourquoi cet intérêt pour les gros mots ?

Quand on s’intéresse à l’évolution de notre langue depuis une dizaine d’années, on note deux réalités contradictoires. Nous constatons d’abord que l’injure n’a jamais été autant répandue et banalisée dans le langage oral. Et pourtant, paradoxalement, nous observons que la variété des gros mots en circulation s’appauvrit chaque année. Les moins de vingt ans notamment, disposent d’un vocabulaire ordurier extrêmement réduit (bâtard, enculé, fils de chien…).
Le corpus de gros mots à leur disposition est tellement restreint, qu’il n’est pas rare par exemple d’entendre deux frères se traiter de « fils de pute ». Un comble !
Qu’il en soit la cause ou la conséquence, cet appauvrissement langagier est indissociable d’une baisse du niveau intellectuel global observée dans la société française.

Pourquoi un festival de gros mots ?

L’ambition du festival « les Mots Durs » est précisément d’œuvrer à l’inversion de la tendance que je viens de vous décrire. Les visiteurs y découvriront l’immense variété des jurons existants et nous espérons bien qu’ils se les approprieront.

Qui verrons-nous au festival « les Mots Durs » ?

On pourra d’abord y faire des rencontres avec des écrivains mais aussi avec des personnalités du monde des arts ou de la télévision. Des invités qui ont tous en commun un langage fleuri et un goût prononcé pour les grossièretés. L’invité d’honneur de cette première édition est le réalisateur Jean-Pierre Mocky, dont la verdeur du langage n’est plus à présenter. Mais nous aurons aussi des personnalités du monde de la télévision comme Norbert Tarayre (Top Chef) et d’autres encore que nous ne révèlerons que la semaine précédant le festival.

Vous évoquez dans le dossier de presse, des ateliers « grosmotiers » ? De quoi s’agit-il ?

Il y aura des stands variés. Certains seront des lieux d’expositions, comme celui consacré aux meilleurs jurons du Capitaine Haddock. D’autres constitueront des lieux de pratique. Ainsi les visiteurs seront invités à pratiquer en s’injuriant librement avec les conseils de spécialistes qui mettront à leur disposition une grande variété de jurons et d’insultes. Nous visons particulièrement le jeune public et espérons qu’il sera au rendez-vous.

Pourquoi avoir choisi ce nom « les Mots Durs » si proche de celui du festival littéraire « les Mots Doubs » ?

Ce n’est pas un hasard. Notre festival se déroulera une semaine après celui des Mots Doubs et au même endroit. A vrai dire, le Conseil général du Doubs se lasse un peu de son festival littéraire. Certes celui-ci draine de plus en plus de visiteurs mais paradoxalement, son public originel  les véritables lecteurs − se raréfie. Depuis quelques années, on se rend principalement aux Mots Doubs pour se faire photographier avec des people venus pour vendre leurs ouvrages (un peu) et se faire flatter l’égo (beaucoup) par un public très excité de pouvoir approcher les frères Bogdanov, PPDA ou Marthe Villalonga. Bref, le Conseil général soutient les Mots Durs avec l’idée de remplacer les Mots Doubs d’ici un an ou deux, vous voyez ?

Vous ne trouvez pas que vous y allez un peu fort avec les Mots Doubs ? C’est quand même un événement populaire et très attendu dans la région, non ?

Mais je t’emmerde moi, connard !

 

La rédaction