Ils jettent leurs smartphones dans le Doubs après avoir lu l’Écho de la boucle

Un reporter de notre rédaction a par hasard assisté à une scène étonnante ce matin, près de l’arrêt du tram « Canot ». Voici son récit.

canot-1

Deux jeunes garçons d’environ 15 ans sont assis (étalés serait plus juste) sur le banc de l’arrêt du tram. Tous deux consultent leur smartphone. Une jeune femme (très) enceinte arrive et leur demande gentiment si l’un des deux veut bien lui céder sa place.

L’un l’ignore et l’autre lui répond : « C’est bon quoi ! On était là avant ! »

Face à tant de répartie, la jeune femme n’insiste pas et reste debout. Le prochain tramway est annoncé dans 10 minutes. Un murmure de réprobation court alors parmi les autres voyageurs en attente ; mais aucun n’a le courage de s’en mêler.

Soudain l’un des deux apprentis gentlemen montre l’écran de son smarphone à son compagnon en s’exclamant : « Regarde ! oh ! le con ! Ah ah ah ! Sauter au milieu des tigres ! Faut quand même être con ! » Les deux compères commencent alors à se bidonner bruyamment sans se soucier le moins du monde du voisinage.

C’est à cet instant que la jeune femme − toujours debout et plus enceinte que jamais − leur lance :
« Vous lisez l’article de l’Echo de la boucle sur le base-jumper dévoré par les tigres de la Citadelle n’est-ce pas ? »
Ouais, répond l’un des deux adolescents.
Ouais, renchérit l’autre.
La jeune femme poursuit :
Vous devriez jeter un œil tout en bas de l’article. Il y en a un autre qui vous concerne.

Celui qui tient le smartphone s’exécute et s’exclame :
P*** !?
Y’a quoi ? demande l’autre,
Regarde ! Y’a écrit : « un arrêté municipal interdit aux mineurs d’utiliser leurs téléphones aux abords du tramway »
LOL ! Ouvre-le !
XPDR ! R’garde ! Y’a écrit que les mineurs on plus le droit de téléphoner près du tram. Si on s’fait pécho y’a une amende de 75 euros et on nous pique le portable !
J’savais pas ! ‘culé va ! ça craint c’te merdre !

C’est le moment que semblait attendre la jeune femme. Elle pointe alors son doigt en direction du pont Canot et crie : « LA POLICE DES TÉLÉPHONES ! LA POLICE DES TÉLÉPHONES ! »
L’effet est immédiat : les deux gamins paniqués se lèvent comme montés sur des ressorts. Ils se retournent alors vers le Doubs et y lancent simultanément leurs deux smartphones.

Plouf plouf

Tous les témoins de la scène sont pris d’un fou rire irrépressible. Tous les témoins ? Pas tout à fait. Car la jeune femme enceinte, elle, en a profité pour s’asseoir sur le banc désormais libre. D’une voix délicieuse, elle glisse alors à l’attention des deux gamins qui contemplent piteusement la surface du Doubs : « Merci, vous êtes bien aimables ».