Après les airs, l’armée Suisse envahit le Doubs !

suisse

Alors que de nouveaux avions suisses survolent régulièrement Besançon, c’est cette fois-ci par le Doubs que nos voisins helvétiques envisagent de nous « rendre visite ».
Un projet de base sous-marine ultra moderne est actuellement à l’étude sur l’emplacement de l’ancienne usine Rhodia à Besançon.

Toujours à la pointe en matière de technologie militaire, la Marine Suisse souhaite en effet expérimenter des modèles de sous-marins miniatures de type drones.

De petites tailles et particulièrement adaptés aux eaux peu profondes, ces engins peuvent remplir tout un tas de missions variées (espionnage, transport de charges nucléaires, missions kamikazes…)

Interrogé par nos soins, le général Zuberbühler − responsable des opérations spéciales de l’Armée suisse − nous a confié les raisons de ce choix géographique : « Pour tout vous dire, c’est grâce à un homme politique bisontin que nous avons eu l’idée. C’est le projet Port Citadelle qui a inspiré notre démarche« .

Ce projet, c’est bien entendu celui que le candidat de l’opposition Jacques Grosperrin avait présenté et défendu durant les dernières élections municipales alors que beaucoup croyaient alors à une plaisanterie : il s’agissait en l’occurrence de la construction d’une base nautique touristique à l’entrée de la ville.

Du côté de la municipalité, on ne verrait pas d’un mauvais œil l’installation de cette base de l’Armée Suisse. Cela permettrait de régler le problème de la réhabilitation des bâtiments de la Rhodia tout en assurant un apport financier important pour la ville.

Quant aux éventuels risques pour les Bisontins? La mairie se veut très optimiste et ne manque pas de rappeler que « les accidents de sous-marins sont bien moins fréquents que les accidents automobiles ou aéronautiques ».

La rédaction

Crédits Photo : Conscious (Creative Commons) / L’Écho de la boucle