Huître tueuse : un Jurassien parmi les premières victimes

huitre-tueuse

En fin de matinée, un Jurassien de 32 ans vivant dans la région de Dole a vraisemblablement été victime d’une huître tueuse. Alors qu’il ouvrait à l’avance les huîtres destinées à être consommées lors du Réveillon de ce soir, l’homme aurait ingéré l’un des coquillages. Les symptômes caractéristiques sont alors rapidement apparus : douleur à l’estomac, reflux gastriques, vertiges, propos incohérents, spasmes. Les secours arrivés rapidement sur place n’ont rien pu faire pour le malheureux.

L’alerte à l’huître tueuse avait pourtant été lancée au niveau national dès mardi soir après que les premiers cas aient été signalés. Cette alerte sanitaire a depuis été largement relayée par l’ensemble des médias d’information.

Rappelons que l’huître concernée est une espèce mutante visuellement semblable à la traditionnelle Marennes Oléron. Cette nouvelle espèce dont on ne sait pour l’instant que peu de choses, semble avoir été malencontreusement récoltée en même temps que les huîtres consommables. On la retrouve en effet dans les mêmes bourriches.

L’huître tueuse ne meurt pas sous l’effet du jus de citron et elle survit lorsqu’elle est avalée. Une fois dans l’estomac du consommateur, l’animal entame alors son repas en dévorant − avec force appétit − les organes internes de la victime.

Face à cette situation exceptionnelle et à l’approche du Réveillon du Nouvel An, le Ministère de la Santé apporte quelques conseils de bon sens afin de protéger les gourmands des conséquences létales de l’ingestion d’une huître tueuse : « les consommateurs doivent mâcher longuement leurs huîtres avant de les avaler (…) Dans le cas où leur dentition serait déficiente, ils doivent préalablement découper la chair de l’huître à l’aide d’une paire de ciseaux pour s’assurer de son décès avant de l’ingérer. »

La rédaction

Crédits image : Julienbzh35 / Creative Commons