L’homme : une menace mortelle pour les saucisses de Morteau et de Montbéliard ?

La publication du rapport du Centre international de recherche sur les risques liés aux activités humaines (CIRRLAH) a suscité ce lundi de nombreuses réactions. Malgré les protestations outrées des acteurs de la filière charcutière régionale, les saucisses francs-comtoises seront en grève illimitée à partir de ce jeudi.

saucisses

En s’appuyant sur les résultats d’un millier d’études menées depuis une vingtaine d’années, les experts du Centre international de recherche sur les risques liés aux activités humaines (CIRRLAH) viennent de classer l’être humain dans la catégorie des agents représentant « un risque mortel majeur pour les produits charcutiers ».

À la suite de ces révélations, les intersyndicales saucissières de Morteau et de Montbéliard – pourtant traditionnellement rivales – ont diffusé un communiqué conjoint appelant leurs adhérentes à se mettre en grève illimitée à partir de ce jeudi. Artisans charcutiers, commerçants et industriels de la filière porcine franc-comtoise se disent consternés et inquiets.

Des conséquences économiques potentiellement catastrophiques

Au Tuyé du Papy Gaby – temple incontesté du tourisme gastronomique dédié à la saucisse de Morteau – c’est l’incompréhension qui domine : « Toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire. Évidemment que les saucisses sont destinées à être mangées ! Mais si on les maintient depuis des siècles dans l’ignorance, c’est pour une bonne raison : une saucisse stressée est moins goûteuse et elle a le bâton qui flétrit », fulmine le responsable du tuyé.

Présidente de l’interprofessionnelle porcine de Franche-Comté, Martine Jean-Grouhique tempête : « C’est du grand n’importe quoi ! À l’évidence les imbéciles qui ont publié ça n’aime pas la charcuterie ! C’est le destin des saucisses d’être consommées et elles ne souffrent pas. Leur cuisson commence dans l’eau froide et elles ne se rendent compte qu’au tout dernier moment qu’il fait un peu chaud dans la casserole. Je ne vois pas l’intérêt de publier ça à part pour nous nuire. Pensez-vous qu’il y aurait encore des saucisses sur Terre si ces dernières n’étaient pas destinées à la consommation humaine ? »

Du côté des saucisses, on précise que l’appel à la grève illimitée à partir de jeudi n’est pas négociable. « Si ce qui est dit dans cette étude est vraie, on est prêts à aller beaucoup plus loin ! », menace le charismatique Jésus de Morteau – porte-parole de l’intersyndicale – avant d’ajouter : « Certaines de nos soeurs sont munies d’un petit bâton dont elles pourraient bien apprendre à se servir pour se défendre ! »

Les conséquences économiques d’une grève dure inquiète évidemment l’ensemble des acteurs de la filière qui rappellent que plus de 1.200 emplois sont concernés en Franche-Comté.

Nul ne peut dire à ce jour si nous aurons des saucisses à Noël.

La rédaction

Crédits image : Stijn Nieuwendijk / Creative Commons

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.