Besançon : un conducteur de bulldozer confond tragiquement la Rodia avec l’ancienne usine Rodhia

Ce matin, l’un des engins de chantier participant à la démolition de l’ancienne usine Rhodiacéta a détruit par erreur une partie de la terrasse de la Rodia, la salle de concert consacrée aux musiques actuelles et située juste à côté. D’importants dégâts matériel ont été occasionnés mais aucun blessé n’est à déplorer.

Une faute de frappe lourde de conséquences

Le chauffeur de la pelleteuse fautive, un intérimaire qui venait d’arriver sur le chantier a été induit en erreur par une faute de frappe sur son ordre de mission, Rhodia étant malencontreusement devenu Rodia. L’agence d’intérim responsable de l’employé fautif reconnait sa bévue. « Il faut dire que l’assistante qui a émis l’ordre de mission était elle-même intérimaire » nous confesse Claude Grosclaude, responsable de l’agence.

Du côté de la ville,  on ne souhaite pas polémiquer davantage, compte-tenu des travaux d’agrandissement qui étaient de toute façon planifiés, il faut y voir un gain de temps sur le futur chantier.

La rédaction

  1. Et des frustrés du journalismes qui balance de la m… même Pô drôle grosse comme leur betise et qui ne savent Pô non plus écrire Rhodia correctement …. C’est kiki l’intérim ?
    Tocard s

    Reply

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.