Affaire Mekhissi : Ghani Yalouz ne veut plus être citoyen d’honneur de la ville de Besançon

ghani-yalouz

Dépêche 14h14

Depuis la disqualification de Mahiedine Mekhissi – vainqueur haut-la-main de la finale du 3000 m steeple puni pour cause de maillot enlevé avant la fin de la course – Ghani Yalouz ne décolère pas.

Le Directeur technique national de l’athlétisme français n’a pas de mots assez forts contre l’équipe espagnole qui – pour le gain d’une médaille de bronze – est à l’origine du recours qui a fait perdre à la France l’une de ses plus emblématiques médailles d’or.

Dénonçant l’anti-sportivité et la petitesse des Espagnols, Ghani Yalouz promet – acerbe – de ne pas oublier.

La suite n’aura pas tardé puisque le lendemain de la disqualification de Mekhissi, Ghani Yalouz a pris la plume afin d’écrire une lettre à l’attention de Jean-Louis Fousseret, le maire de Besançon – ville où il a vécu ses années de jeunesse et dont il est citoyen d’honneur depuis quelques années déjà.

L’Écho de la boucle publie en exclusivité quelques extraits de cette lettre :

« Cher Jean-Louis,

Mon statut de citoyen d’honneur de Besançon me met en porte-à-faux vis à vis des récents événements qui se sont déroulés au Championnat d’Europe d’Athlétisme de Zürich. L’Espagne s’y est comportée d’une manière indigne et je crois savoir que ton attachement aux valeurs de justice et d’honneur te mèneront certainement à partager mon ressenti (…)

(…) aussi demeurer citoyen d’honneur de Besançon, cité que Victor Hugo a fait connaître dans le monde entier comme une « vieille ville espagnole », m’est devenu insupportable. Je te demande donc de faire retirer au plus vite mon nom de la liste des Citoyens d’honneur de la ville. 

Je souhaite également ne plus voir mon nom et ma fonction associés aux actions de communication de la ville (…) »

Contacté par la rédaction, Jean-Louis Fousseret n’a pas souhaité s’exprimer.

La rédaction

crédits image : RMC Sport / capture d’écran DailyMotion