Le maire de Franois tente d’encadrer les activités libertines dans le bois de sa commune

3115034995_1_11_9lHdrpr1

Le bois de Franois (périphérie de Besançon) est devenu un lieu de débauche bien connu des libertins. L’endroit est même cité dans des guides spécialement dédiés à ces activités coquines.

Le ballet incessant des voitures draine une foule d’amateurs qui laissent au pied des arbres autre chose que des cœurs gravés .

Un habitant nous confie : « La première fois que j’ai emprunté la route du bois et que j’ai vu toutes ces voitures stationnées, je me suis dit que ça devait être un sacré bon coin pour les champignons ! Sur place, la réalité était bien différente. Le bois est en fait jonché de préservatifs usagés. J’en ai même trouvé un qui avait été négligemment jeté sur un magnifique spécimen de champignon Phallus impudicus. »

Les familles n’osent plus se promener dans le bois de Franois, de peur d’y faire des rencontres heurtant les bonnes mœurs.

Que faire ?

La municipalité n’a pas les moyens de poser des barrières de sécurité ou de créer une police municipale dédiée à la lutte contre ces comportements déviants. « De toute façon, la répression ne ferait que déplacer le problème », nous confie le maire du village. « Alors, j’ai décidé de jouer la carte de la pédagogie et de l’amusement en m’inspirant de ce qu’a fait la ville de Besançon avec les chewing-gums. »

Rappelons qu’au centre-ville de Besançon, des panneaux portant des dessins originaux ont été disposés il y a déjà quelques années. Les passants sont invités à y coller leurs chewing-gums usagés. Une mesure d’ailleurs très bien accueillie et qui s’est révélée particulièrement efficace.

La commune de Franois va donc prochainement disposer, en différents emplacements stratégiques du bois, des panneaux colorés sur lesquelles les libertins pourront coller leurs préservatifs usagés.

Ces affichettes porteront ce slogan éloquent : « ta capote, tu la portes puis tu l’apportes ».

panneau-franois

 

La rédaction