100.000 CD d’Aldebert découverts au domicile de Guillaume Aldebert

Lors d’une perquisition qui s’est déroulée jeudi dernier au domicile du chanteur Guillaume Aldebert, la police a découvert plus de 100.000 CD d’Aldebert que l’artiste a reconnu avoir lui-même achetés.

aldebert

À l’origine de cette affaire, il y a la plainte déposée en septembre dernier par une paisible retraitée autrefois très connue en tant que chanteuse de spectacles pour enfants. Trois costumes de canetons auxquels cette dame était très attachée venaient de lui être dérobés à son domicile de Crémant-sur-Loire.

chantal-goya-la-poupee-riri-fifi-loulou-elliott-le-dragon

L’enquête est confiée comme il se doit à la BACAS (Brigade Anti Criminalité des Arts et Spectacles de la Police nationale) qui mène ses premières investigations auprès des artistes évoluant dans le milieu des spectacles pour enfants. C’est ainsi qu’une perquisition est menée au domicile de Guillaume Aldebert. La fouille minutieuse effectuée par les enquêteurs permet rapidement de lever toute suspicion à l’égard du chanteur franc-comtois qui ne recèle aucun costume de caneton.

Une découverte fortuite

Cependant, les fonctionnaires de police vont incidemment faire une bien étrange découverte : « Il y avait là des dizaines de milliers de CD de Aldebert encore sous blister et bien alignés sur des étagères immenses qui recouvraient les murs de toutes les pièces. On en a même trouvé aux toilettes et dans le frigo », raconte le commissaire Rousseau-Desprès – chef de la BACAS.
Un inventaire précis permettra de comptabiliser 113 455 CD.

Appelé à s’expliquer sur cette troublante découverte, le chanteur raconte alors aux enquêteurs comment il a commencé – il y a bientôt 10 ans – à acheter ses propres CD. « Au départ c’était pour se créer un public imaginaire en dehors de la Franche-Comté. Il se rendait en train dans une ville française quelconque, trouvait un disquaire et y achetait quelques albums de Aldebert. Le plus souvent, il fallait les commander », rapporte la psychologue de la BACAS, « Et puis, il y a trois ans, tout s’est emballé. Son album Enfantillages a commencé à avoir du succès auprès des enfants de ses fans francs-comtois. Il a alors acheté de plus en plus d’exemplaires de ses propres CD pour se donner l’illusion d’avoir encore un public adulte. Petit à petit et sans s’en rendre compte, il est alors devenu son principal client. On a d’ailleurs recensé environ 30.000 CD autodédicacés. C’est triste. »

Rappelons qu’au printemps 2012, la BACAS avait déjà été à l’origine du démantèlement d’un réseau clandestin d’une centaine de rieurs albanais embauchés pour s’esclaffer lors des spectacles de la Madeleine Proust.
La Franche-Comté est décidément une terre de succès pour les hommes du commissaire Rousseau-Desprès.