156 camions de neige russe pour la station de Métabief

La livraison imminente d’une grande quantité de neige en provenance de Sibérie va permettre à la station de Métabief d’ouvrir ses pistes avant Noël.

convoi-camions-pour-metabief

En Juin 2014, le domaine skiable de Métabief a reçu la prestigieuse norme ISO 9001 pour ses remontées mécaniques. Il aurait été inconcevable, qu’après l’obtention de cette certification, la fameuse station du Haut-Doubs reste fermée durant les vacances d’hiver – faute d’enneigement.

Les responsables du domaine souhaiteraient évidemment avoir recours aux nombreux canons à neige installés il y a quelques années, à grand renfort de publicité vantant une neige supposée « garantie ». Hélas, les températures anormalement élevées de ce mois de décembre ne permettent ni la production, ni le stockage de la neige de culture.

À l’approche des fêtes de fin d’année, la situation semblait désespérée jusqu’à ce que la station reçoive le soutien inattendu du député écologiste Éric Alauzet. Pour la petite histoire, l’élu du Doubs avait noué de solides et franches amitiés avec le comité d’organisation des Jeux Olympiques de Sotchi lors de son déplacement de soutien à l’équipe française de curling.

C’est donc tout naturellement que notre député a proposé de faire jouer ses relations russes pour venir en aide à Métabief. Grâce à son intervention, la station devrait ouvrir ses pistes dès ce mercredi 24 décembre, après que l’ensemble du domaine skiable ait été recouvert d’une épaisse couche de neige directement importée de Russie.

Un convoi de 156 camions

Pour parvenir à ce résultat, un convoi de 156 camions – transportant chacun 15 tonnes de neige – est parti de Krasnoïarsk en Sibérie occidentale ce jeudi matin. Il devrait atteindre Métabief dans la journée de dimanche. Les employés de la station, aidés par une centaine de manutentionnaires russes, auront alors deux jours pour répartir la neige sibérienne sur l’ensemble du domaine skiable.

itineraire-neige-metabief

« Cette opération est une première », explique Jean-Martin Romontin – directeur de la station de Métabief, « personne n’avait jamais transporté une aussi importante quantité de neige sur une telle distance ».

« Je n’y suis pas pour grand chose », ajoute modestement le député écologiste du Doubs, « la chute récente du cours du rouble et la baisse prolongée du prix du pétrole ont rendu le coût de la neige sibérienne et de son transport par la route tout à fait supportable. Il faut juste éviter de passer par l’Ukraine. »

La rédaction

Crédits image : Etolane / Creative Commons