Le Haut-Doubs unanimement condamné après les moqueries sur les Bisontins et leurs 2 cm de neige

image

Besançon. La neige avait été annoncée et tous l’attendaient avec impatience. Lorsque les premiers flocons commencèrent enfin à virevolter dans la nuit de vendredi à samedi, les Bisontins – petits et grands – s’émerveillèrent à l’unisson. Très vite l’averse s’intensifia et, au matin, une couche blanche d’environ 2 cm recouvrait la ville.

Pourtant, la joie des Bisontins fut de courte durée. À peine avaient-ils posté sur Facebook et Twitter les premières photographies de toits enneigés que déjà, leurs voisins du Haut-Doubs se déchaînaient en commentaires acerbes moquant le bonheur naïf des Bisontins d’en avoir une si petite* alors que « dans le Haut, personne ne se vante à moins de 25 cm ».

source : Twitter

source : Twitter

Autre cliché blessant largement diffusé hier matin par les internautes du Haut-Doubs : le cas des conducteurs bisontins prétendument incapables de rouler à plus de 15km/h dès le premier flocon tombé sur la chaussée et accusés de gêner les pilotes du « Haut » forcément expérimentés et immenses dans leur maîtrise de la conduite sur neige. Forcément…

Bref, le Haut-Doubs nous a à nouveau gâché la fête. Mais cette fois, la pilule ne passe plus et les réactions de nos élus montrent une classe politique locale unanime dans sa dénonciation des errements de nos voisins du « Haut ».

La député Barbara Romagnan a été la première à dénoncer « des mots puérils de cour de récré menaçant l’entente cordiale entre le Haut et la plaine ».
Une déclaration rapidement suivie de celle du député Éric Alauzet qui pointe « un comportement asocial dangereux pour l’unité nationale et diamétralement opposé à l’esprit du 11 janvier ».

Pour Marie-Guite Dufay, « cela démontre bien l’intérêt qu’ont désormais les Bisontins à se tourner vers l’ouest dynamique [NDLR : la Bourgogne] plutôt que de maintenir des relations stériles avec l’est rural et rétrograde du département.  »

Le maire de Besançon, se dit pour sa part « profondément déçu de n’avoir noté aucune volonté d’apaisement » dans la conversation téléphonique qu’il a eue ce samedi soir avec le maire de Pontarlier.
Notre bon maire a en conséquence décidé d’annuler purement et simplement la journée ski à Métabief initialement prévue ce dimanche par le COS de la ville.

Entre Besançon et le Haut-Doubs, la situation n’avait pas été aussi tendue depuis le terrible scandale qui avait éclaté en 1962 suite au remplacement du Pontarlier anis par le Ricard dans les cantines scolaires bisontines.

*couche de neige