Nolwenn Leroy prépare un album franc-comtois !

Nolwenn_Leroy

Après avoir passé cinq ans à interpréter des chants bretons sur les scènes de France et de Navarre, Nolwenn Leroy prépare actuellement un album Franc-Comtois. Voici son interview téléphonique en exclusivité pour l’Écho de la boucle.

Après le succès de votre album « Bretonne » et la longue tournée qui a suivi, on peut dire que vous en avez définitivement fini avec les bretonneries ?

Oui je crois que j’en ai fait le tour. Le succès a été très excitant et je ne vais pas cracher dans la soupe. Mais j’ai fini par développer une allergie aux bagads, cornemuses et autres chansons de marins. Il était temps que ça s’arrête.

Pourquoi la Franche-Comté ?
J’avais besoin d’aller vers quelque chose de diamétralement opposée à la Bretagne. Alors j’ai regardé sur Mappy et là j’ai vu que de l’autre côté de la France, il y a la Franche-Comté. Je me suis dit : et si tu faisais un album « Franc-Comtoise » ?

La Corse est pourtant encore plus éloignée de la Bretagne non ?
Oui peut-être mais après les Bretons, les Corses ça aurait été abusé.

Chanter la Franche-Comté risque cependant d’être compliqué car notre région n’a pas une identité musicale très marquée ?
Je ferai d’abord une reprise de « la cancoillotte » de Hubert-Félix Thiéfaine en duo avec la Madeleine Proust. Il y aura aussi des chansons originales évoquant différents aspects de la Franche-Comté que j’ai trouvés sur Wikipédia.

À la manière de ce que vous aviez fait sur votre album « Bretonne » quand vous chantiez la mer, les celtes, les druides… ?
Oui mais cette fois, je vais faire dans la saucisse, le fromage, la migration quotidienne des frontaliers, Edgar Faure, l’horlogerie et la moutarde.

La moutarde ?
Oui la moutarde.

Mais pourquoi la moutarde ? C’est un truc de Bourguignons ça la moutarde !
La Bourgogne et la Franche-Comté c’est pas la même chose ?

Attends gamine, tu as la prétention de chanter la Franche-Comté et tu n’en connais même pas les limites ?
Je suis déjà bien gentille de consacrer un album entier à votre région paumée, vous pourriez au moins être poli, espèce de pigiste !

Non mais quelle connasse celle-là ! Retourne donc entendre le renard et la belette chez les bonnets rouges ! Et ramène-leur de la moutarde tiens ! C’est délicieux avec les grosses moules !

(Nolwenn Leroy a choisi de mettre fin à l’interview sans même dire au revoir ou merci)

Crédits image : Thesupermat / Creative Commons

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.