Besançon : licenciée après avoir apporté une galette à la frangipane à la pause café


Provocation puérile ou simple bêtise ? Nul ne connaît précisément les motifs ayant conduit cette employée d’une agence immobilière bisontine à commettre l’irréparable hier matin lors de la première pause café de l’année. Une certitude néanmoins : la jeune femme s’est vu adresser le jour même une convocation pour un entretien préalable à son licenciement.

Un renvoi qui ne surprendra personne parmi les collègues de l’employée indélicate. L’un d’entre eux évoque « un traumatisme extrème » lorsqu’il a vu « cette hideuse galette à la frangipane au milieu des appétissantes galettes comtoises ». D’autres vont même jusqu’à suggérer une volonté délibérée de nuire sans doute liée aux origines extra-comtoise de l’intéressée : « Elle nous a dit un jour qu’elle avait une grand-mère dijonnaise. On aurait dû être plus méfiants (…) »

Selon le responsable de l’agence immobilière, la faute grave est avérée : « On ne peut pas tolérer des attitudes hostiles et déloyales de la part de nos collaborateurs. Il fallait faire une exemple. »

Besançon : une douzaine de morts lors d’affrontements entre partisans de la galette comtoise et adeptes de la galette frangipane

La rédaction

Crédits image : Lionel Allorge / Creative Commons

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.