Fans absolues de Didier Raoult, ces femmes ont décidé de ne plus se raser afin de lui ressembler

Certaines sont retraitées, d’autres sont mères de familles ou jeunes étudiantes. Toutes partagent une véritable adoration pour le professeur Didier Raoult. Une vénération qui s’est d’abord traduit dans les faits par des attitudes et des comportements classiques de fans : Monique (Belfort) collectionne par exemple les tee-shirts et les mugs à l’effigie du scientifique. Catherine (Toulon) a quant à elle recouvert les murs de son pavillon de dessins colorés qu’elle a elle-même réalisés ; tous représentent Didier Raoult : « Il y en a même dans la chambre des enfants. Je ne le leur ai pas laissé le choix. »
Laura (Pontarlier) a sans doute été la première a franchir un cap symbolique lorsqu’en mars 2020, elle et son mari ont prénommé leur petite fille « Chloroquine ».

Mais depuis quelques mois, ces Raoultines – comme elles aiment à se baptiser entre elles – ont décidé d’aller plus loin en cherchant à ressembler à leur idole. « On a commencé par porter la blouse blanche mais c’était compliqué dans nos vies quotidiennes, explique Cyndi (policière municipale à Dijon). Alors on en a discuté sur notre groupe privé Facebook et on est toutes tombées d’accord : on a choisi de ne plus se raser et de se laisser pousser la barbe ».

Ni une ni deux, rasoirs et bombes de mousse à raser ont été abandonnées et voici quelques mois plus tard, nos Raoultines exhibant de belles barbes fournies tout à fait semblables à celle du professeur Raoult.
Une ressemblance totalement assumée, qu’elles afficheront d’ailleurs fièrement dès le 1er février prochain dans le hall d’entrée de l’IHU de Marseille. Une trentaine de portraits de Raoultines y seront en effet exposés jusqu’au printemps prochain.

La rédaction

À lire également :

Ils appellent leur fille Chloroquine pour éloigner le coronavirus