Jura : plusieurs braconniers dévorés par des escargots de Bourgogne alors qu’ils chassaient le moustique tigre


Des hommes ont été dévorés par une meute d’escargots de Bourgogne dans une forêt proche de Champagnole, dans le département du Jura, alors qu’ils suivaient vraisemblablement la trace de plusieurs moustiques tigres. Les individus ayant été démembrés suite à l’attaque, un doute demeure quant à leur nombre exact.
Néanmoins, selon la gendarmerie, il ne fait aucun doute que les hommes qui se sont introduits dans la forêt étaient bien venus braconner le moustique tigre. « Ils étaient armés, notamment, de fusils puissants avec des silencieux, d’une machette, de pinces coupantes et de provisions pour plusieurs jours », a détaillé le commandant Zergignac. Soit tous les attributs d’un gang de braconniers qui veulent tuer des moustiques tigres pour s’emparer de leur fourrure.

Des escargots devenus carnivores par effet de mode

Les nombreuses traces baveuses retrouvées à proximité des restes humains laissent supposer que les braconniers se sont retrouvés encerclés par plusieurs dizaines d’escargots de Bourgogne dont le comportement agressif interroge. Selon Jeanne Coquillard – chercheuse au CNRS spécialisée dans l’étude comportementale des bêtes à cornes, « l’attitude des escargots de Bourgogne, animaux réputés placides et totalement végétariens, semble avoir récemment évolué ». En cause, une tendance très à la mode au sein de la communauté gastéropode CSP++ depuis déjà quelques années  : « les escargots sont de plus en plus nombreux à faire le choix de se nourrir exclusivement de viande et à ne plus consommer le moindre produit issu des végétaux ou de leur exploitation. »

Ce n’est pas la première fois qu’un incident de la sorte implique des braconniers dans la région. En 2014, à proximité de Besançon, un braconnier avait été sauvé in extremis par l’intervention des gendarmes alors qu’il s’apprêtait à finir dans l’estomac d’un impressionnant parasaurolophus.

La rédaction

Crédits image : Jürgen Schoner / Creative Commons

  1. Voilà ce qui arrive lorsqu’on est un Suisse qui se croit tout permis et qu’on s’attaque à notre beau pays !

    Reply
  2. Erreur: il ne s’agissait pas d’escargots, mais d’egnes sauvages identifiées grace aux empreintes de morsures.

    Reply

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.