Fin d’un privilège réservé aux automobiles : la nouvelle maire écologiste de Besançon étend le stationnement payant aux vélos et trottinettes

Besançon. C’était une promesse majeure de la campagne d’Anne Vignot, la nouvelle maire écologiste de la ville : réduire la place de la voiture en ville et augmenter celle du vélo et des autres modes de déplacement doux. Cela devait d’abord passer par une phase de rééquilibrage des droits et devoirs de chacun (automobilistes, piétons, cyclistes) dans leur utilisation de l’espace public.

Les mesures concrètes n’auront pas traîné. Désireuse de supprimer rapidement un certains nombre de privilèges accordés aux automobiles, notre bonne maire a décidé d’étendre le stationnement payant dans le centre-ville de Besançon aux vélos et aux trottinettes. Une décision qu’Anne Vignot a tenté d’expliquer en ces termes :
« Dans notre vision systémique des déplacements intra-urbains et périurbains, l’égalité vécue et l’équité ressentie par les usagers dans leur rapport à l’espace public réel et symbolique sont consubstantielles au bien vivre ensemble ».

Plus simplement, déposer votre bicyclette ou votre trottinette sur un coin de trottoir ou l’accrocher à un arceau, nécessitera désormais un passage par l’horodateur le plus proche.

La rédaction

Crédit image : Raisix (horodateur) / Creative Commons