Elle met du vieux pain sur son balcon pour attirer les moineaux, les pigeons : 3 mois ferme et 1000 € d’amende

On se souvient qu’en début de semaine, le ministre de l’Intérieur, Gérard Darmanin, avait personnellement supervisé depuis la place Beauvau, l’opération qui devait mener à l’interpellation par le GIPN de Jacqueline Pingot. 

Jacqueline Pingot

Jacqueline Pingot enfin rattrapée par la justice

Rappelons que Jacqueline Pingot – également connue sous le sobriquet de « Madame Pigeon » – sévissait dans les rues du centre-ville de Belfort depuis plus de 14 ans. Toujours munie d’un sac en plastique rempli de miettes de pain et constamment entourée d’une nuée de pigeons et de moineaux impatients, Mme Pingot bravait chaque jour les arrêtés municipaux interdisant de nourrir ces volatiles dégoûtants. Une situation qui n’avait que trop duré.

L’opération, préparée dans le plus grand secret depuis plusieurs semaines, avait été confiée à une escouade d’une douzaine d’hommes du Groupe d’Intervention de la Police Nationale (GIPN) qui avait pris place, dès l’aube, aux abords du foyer logement « Les Chrysanthèmes ». Mme Pingot n’ayant pas répondu aux sommations d’usage, les policiers d’élite avait dû défoncer la porte du studio que Mme Pingot occupait depuis bientôt 4 ans. La forcenée était alors surprise en flagrant délit alors qu’elle mettait du vieux pain sur sur son balcon pour attirer les moineaux, les pigeons.

Jugée ce vendredi en comparution immédiate par le tribunal correctionnel de Besançon, Jacqueline Pingot a tenté d’apitoyer la tribunal en racontant son quotidien solitaire : « Je vis ma vie par procuration devant mon poste de télévision depuis plus de 30 ans (…), mettre du vieux pain sur mon balcon pour attirer les moineaux, les pigeons est ma seule occupation sociale. J’ai fini par trouver ça normal (…) »
Des explications qui n’ont pas convaincu la juge, Francine Grathinpeux, qui a froidement rappelé à la prévenue ses nombreuses condamnations précédentes pour des faits similaires.

Mme Pingot écope de 3 mois de prison ferme et d’une amende de 1000 euros. Elle devra également se soumettre à une obligation de soins.

La rédaction

  1. Pour sa peine, je propose qu’elle soit nourrie uniquement de pigeons aux petits pois !

  2. Pill Bill Ramier 9 juin 2015, 23 h 50 min

    Par Sainte-Colombe, il était temps que la police intervienne, vacherie va !

Comments are closed.