Déneigement : Besançon choisit le sel de Guérande et recrute 235 salièristes

 

24527409 - hand holding salt cellar upside down isolated on white backgroundSoucieuse de concilier respect de l’environnement et sécurité des usagers, la Ville de Besançon modifie ses approvisionnements en sel de déneigement et opte désormais pour une production française bien connue : le sel de Guérande.
Marc Griezienk, responsable du service voirie, nous explique ce choix :
« Jusqu’à présent le sel utilisé pour le déneigement venait d’un sel minier issu de carrières tchèques. Le prix à la tonne était intéressant mais le coût énergétique du transport, ainsi que l’énergie nécessaire à l’extraction de ce minéral, nécessitait l’équivalent de 986 Kg de CO2 par tonne de sel. Avec le sel de Guérande, on réduit considérablement la distance entre le producteur et le point de livraison. Quant à la récolte du sel en marais salants, elle n’utilise que l’énergie du soleil et du vent. On passe ainsi à moins de 200Kg d’équivalent CO2 par tonne. C’est très positif, même si c’est beaucoup plus cher à l’achat ».

235 salièristes recrutés par la ville

Ce choix de déneiger la ville à l’aide de sel de Guérande entraîne toutefois quelques exigences. « Il s’agit d’un produit d’excellence, précise Marc Griezienk. On ne peut pas le répandre sur la chaussée sous forme de saumure avec nos camions. On a l’obligation contractuelle d’utiliser de petites salières de moins de 150 cl pour saupoudrer les routes ».

Une obligation que la ville de Besançon a rempli en recrutant 235 salièristes qui seront mobilisés de novembre à mars. Des techniciens originaires pour la plupart de la région de Guérande et dont les pères ont bien souvent eux aussi manipulé la salière sur les routes du monde entier.

Rappelons que le Sénégal et le Vietnam ont fait le choix du sel de Guérande pour déneiger leurs routes depuis déjà plus de 15 ans.

 

fleur-de-sel-de-guerande-1kg

 

La rédaction

Crédit photo : sebalos / 123RF