Besançon : un drone révèle l’existence d’une tribu inconnue vivant dans le centre Saint-Pierre

Besançon. Sur le toit du centre Saint-Pierre – immense entité commerciale, aujourd’hui abandonnée, du centre-ville – on distingue de minuscules silhouettes. Cette image incroyable a été captée par un drone utilisé par la police municipale. « On cherchait des SDF assis ou étendus dans les rues avec le drone quand on les as repérés , témoigne un agent municipal. On a tout de suite compris qu’il ne s’agissait pas de punks à chiens ordinaires. »
Sur ce cliché, des hommes apparaissent, très peu vêtus. Deux d’entre eux semblent tenir une lance ou un arc. Un autre porte un enfant sur son dos. Selon l’Institut franc-comtoise d’anthropologie, il s’agirait « d’une tribu totalement inconnue ». Mais d’après les spécialistes, ces hommes connaîtraient bien le monde extérieur et chercheraient à l’éviter en se réfugiant dans les zones désertées ou ils ne risquent pas de rencontrer d’autres humains. Le choix du centre commercial Saint-Pierre semble à cet égard particulièrement pertinent

Une prise de contact nécessaire et imminente

Les anthropologues préviennent : « chaque rencontre avec des étrangers représente une menace pour ces populations : les exposer à des maladies inconnues ou pire, à des produits régionaux qu’ils ne connaissent pas comme les alcools ou les fromages comtois, pourrait constituer un danger mortel. »
Toutefois, du côté de la ville de Besançon, on envisage la problématique sous un angle plus matériel : « On a là des arriérés de taxe d’habitation qu’il va bien falloir récupérer. Ces gens bénéficient de la proximité du tramway, de la médiathèque et d’innombrables services publics qu’ils doivent contribuer à financer comme l’ensemble des Bisontins », explique Marie-Géraldine Toussaint, adjointe en charge des minorités imposables.

Un huissier accompagné de plusieurs policiers devrait assurer la première prise de contact début septembre.

Le centre commercial Saint-Pierre

La rédaction

  1. Marie-Géraldine Toussaint, adjointe en charge des minorités imposables. Yessss! vous faites fort, comme d’habitude ! BRAVO L’écho !

    Reply
  2. Et oui, coup dur pour la capitale bisontine : un casse-tête pour le seigneur de la ville, qui vient tout juste d’interdire aux SDF de s’allonger dans la rue….. nul doute que les instances élyséennes planchent déjà sur une ordonnance royale pour déloger ces manants impertinents et s’il le faut enverront leurs chars…. après multiples injonctions (soyons humains quand même) ! J’entends déjà les autres manants se plaindre en clamant : oui mais moi j’ai payé… on ne peut pas laisser faire ça…

    Reply
  3. Coup de bol : Nicolas Hulot ayant désormais du temps disponible, il faut contacter la Fondation pour la Nature et l’Homme dont il est redevenu administrateur afin qu’aucun impair ne soit commis lors de la prise de contact avec ces indigènes.

    Reply
  4. Je ne pense pas que ce soit une bonne idée de prendre contact avec ces quelques individus qui vivent en paix depuis des siècles et risquer de les corrompre, de les pervertir. Je n’ose imaginer ce qui pourrait se passer s’ils se mettaient à consommer nos produits du terroir : Cancoillotte, Macvin, Mamirolle, Rösti, Pizza, Kebab, Burger, Coca© ou pire, attraper notre accent ! Ils seraient foutus !!! Ça me fait froid dans le dos rien que d’y penser…

    Reply

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.