Doubs : une raclette partie de 12 personnes suscite l’indignation

De nombreux élus font part de leur indignation et appellent à une réaction du gouvernement face à l’organisation d’une raclette partie clandestine réunissant 12 personnes en pleine crise sanitaire.

Depuis vendredi soir, 12 personnes participent à une raclette partie sauvage dans un pavillon de Châtillon-le-Duc, localité résidentielle située au nord de Besançon. Ce rassemblement non autorisé, toujours en cours ce samedi soir, n’a pu être empêché par les autorités. Les gendarmes, pourtant alertés en amont grâce à leur surveillance des réseaux sociaux, avaient tenté dès vendredi soir « d’empêcher le branchement du four à raclette mais ont fait face à la violente hostilité des participants », explique la préfecture du Doubs dans un communiqué.

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a convoqué samedi matin place Beauvau une réunion sur la raclette partie de Châtillon-le-Duc avec le préfet et des membres du cabinet. « Nous coopérons au rétablissement d’une situation normale en permettant au maximum l’intégrité physique de tous », a-t-il écrit sur son compte Twitter.

« Il faut que l’autorité de l’État soit respectée et que cette raclette partie soit arrêtée dès que possible, sans attendre qu’il n’y ait plus de fromage », exhortait ce samedi soir Jacques Grosperrin, sénateur Les Républicains du Doubs. « On ne peut pas tolérer dans notre état de droit, une telle provocation ».

L’hypothèse de l’envoi sur place du GIGN n’a pas été exclue par le ministère de l’Intérieur.

 

La rédaction