Dijon : l’ancien dermatologue collectionnait les peaux de motardes

Les copropriétaires de cet immeuble cossu de la rue Chambreuil n’ont pas grand-chose à dire sur leur voisin du cinquième étage. « Discret » et « peu causant » sont des qualificatifs souvent employés pour décrire celui qui fut médecin dermatologue en Alsace avant d’emménager à Dijon en 2018.

Une incroyable collection

Mais la discrétion de cet homme dissimulait un terrible secret que les enquêteurs de la police judiciaire dijonnaise ont mis au jour ce jeudi, lors d’une perquisition menée à son domicile. « Nous recherchions des documents comptables dans le cadre d’une enquête pour suspicion de fraude fiscale, a expliqué le procureur de la République. Mais ce que nous avons découvert était totalement inattendu ».
Des peaux de motardes dans toutes les pièces de l’appartement ! Partout, dans chaque pièce, les murs et les sols en sont recouverts. La macabre collection semble a priori exhaustive : peaux de motardes fortes, peaux de motardes fines ou de motardes brunes ; « avec une préférence évidente pour la motarde à l’ancienne en cuir et santiags », précise le procureur de la République.

Confondu, l’ancien dermatologue est rapidement passé aux aveux. Plus de cinquante affaires mystérieuses de motardes disparues depuis plusieurs années sur l’ensemble du territoire national pourraient enfin avoir été résolues.

La rédaction