Besançon va se doter de la première « piscine sèche » de France

À Besançon, la piscine Mallarmé va devenir la première « piscine sèche » de France. Une offre destinée en particulier aux non-nageurs désirant profiter des joies de la natation.

« Nous sommes confrontés à des exigences environnementales que nous ne pouvons plus ignorer. Conserver en l’état nos pratiques sportives et de loisirs n’est plus possible. À nous de les adapter avec ambition au monde dans lequel nous entrons. Pour cela nous allons tout simplement arrêter de remplir les bassins de l’une de nos trois piscines municipales ». C’est en ces termes que Anne Vignot, maire écologiste de Besançon, a annoncé cette semaine par communiqué la conversion de l’une des trois piscines municipales de sa ville en « piscine sèche ». Une première en France.

Un concept venu d’Europe du nord

Le concept qui a inspiré cette petite révolution pourrait de prime abord passer pour un énorme canular : une piscine sèche ; comprenez sans eau.
C’est dans la ville suédoise de Borlänge que ce concept est apparu en décembre 2020. Au départ, il s’agissait d’une plaisanterie : des habitants se filment en train de « nager » au fond de la piscine vide de la ville (dans les pays froids, les bassins extérieurs sont systématiquement vidés durant la saison froide). La vidéo fait alors le buzz sur Youtube et l’idée essaime dans tout le pays.

Les autorités constatent alors l’engouement suscité par cette nouvelle activité que les adeptes baptisent rapidement « air swimming » – par analogie avec l’air guitar (activité consistant à mimer le jeu d’un guitariste sans aucun instrument). De nombreuses piscines suédoises sont depuis ouvertes toute l’année et certaines ont même adopté le concept durant la belle saison. La mode essaime alors dans toute l’Europe du nord et gagne également l’Allemagne, le Canada et plus récemment les États-Unis. La France n’avait pas encore de piscine sèche. Besançon s’apprête à franchir le pas.

Les joies de la natation… sans les inconvénients liés à l’eau

Il faut dire que le principe de la piscine sèche offre de nombreux avantages : aucun frais liés à la mise en eau, pas de maître-nageur et des normes sanitaires très peu contraignantes.
« C’est surtout une offre nouvelle qui ravira un public qui n’allait jamais à la piscine », s’enthousiasme Anne Vignot. « Je pense notamment aux personnes qui ne savent pas nager, aux gens qui souffrent d’une phobie de l’eau ou d’une allergie aux produits chlorés. La piscine sèche est l’infrastructure qui manquait au Grand Besançon ».

Si la maire de Besançon oublie par modestie de préciser que la future piscine sèche bisontine sera une première en France, elle ne perd toutefois pas de vue les considérations de sécurité : « On va supprimer tous les plongeoirs. Ils deviendront inutiles et dangereux. »

Cette expérience, si elle rencontre le succès escompté, pourrait inspirer d’autres projets. Notamment à Besançon, où l’idée de développer une pratique plus respectueuse et intelligente du football serait déjà à l’étude : le projet de créer un nouveau club sans supporters ni joueurs serait d’ailleurs bien avancée.

La piscine Mallarmé ouvrira pour la première fois au public en tant que « piscine sèche », en mai prochain.

La rédaction

  1. Il faut souligner également l’engagement écologique de Besançon : la piscine sèche n’est qu’un premier pas avant la généralisation à l’ensemble de la CAGB des toilettes sèches. Un vaste plan d’incitation fiscale va être mis en place dès septembre pour aider les habitants dans cette transition hygiénique (On parle d’une baisse de l’augmentation des impôts communautaires proportionnelle au nombre de toilettes sèches installées en remplacement).

  2. Est-ce un gros poisson d’avril?

  3. Deuxième étape : les rues sans voitures. Chiche.

  4. Non mais sérieux ils sont tombés sur la tête.C’est pas moi qui vais y aller dans leur invention pourrie de piscine sèche.Non mais sérieux on va où là!!!!!

  5. Sincèrement, on se fout de la gueule du monde, on va bientôt inventer le cinéma sans film, faire l’amour sans sexe , le restaurant sans nourriture.Non mais là faut réagir, c’est du pur et simple fouttage de gueule pour faire des économies.Bientôt on va nous accrocher un compteur pour nous faire payer l’air qu’on respire.Et comme maintenant on paie kles pouids des ordures on va bientôt mettre une balance popur nous faire payer à l’année le poids de merde écoulé dans l’égoût par foyer.

  6. Pill-Bill-plongeur.com 1 juin 2015, 20 h 36 min

    Bientôt la lessive sans phosphate, les téléphones sans fil, la bière sans alcool, le pain sans le vin, le vin sans le fromage, le pied sans le fromage également, le steak de cheval sans selle, l’orange sans guine et tapas sans balles, la décharge municipale sans mauvais…
    Le ver sans Sud ET le ver sans Nord !
    La bucherie (La boucherie sans « O ») !
    Le « _ »etit Nicolas II (Le petit Nicolas II sans « P ») !
    À vore (À votre sans « T ») !
    Un Tupoev (Un Tupolev sans « L », ça ne vole plus ! Déjà qu’en temps normal… Enfin bon, sans commentaires…).

  7. Jean Médeusantrois 25 décembre 2015, 9 h 43 min

    A combien est la température de l’air ?

  8. Les Dieux sont tombés sur la tête dans la piscine ? C’est absolument inconcevable et stupide…. Certes l’eau a un coût mais le plaisir de nager n’a pas de prix… Il faut arrêter de vouloir s’occuper sans cesse de la population qui ne représente qu’une petite minorité au détriment de celle qui fait vivre le centre ville.. Certes certaines personnes ne nagent pas mais connaît-on leurs raisons ? Peur de l’eau ? Peur d’apprendre ? Peur de payer le coût de l’eau….. On marche sur la tête vraiment…. Qui n’a pas envie de mettre le corps dans l’eau quand la temperature dépasse 35 degré ? Et désormais nul n’ignore que le climat évolue chaque année vers des températures de plus en plus hautes ? Et les enfants du centre in’ont donc pas le droit au plaisir incontestable des joies de la baignade…? Les personnes qui ne savent pas nager pourraient être recensées et invitées par la municipalité à prendre des cours ? En plus quel plaisir peut on trouver à faire des mouvements en piscine vide quand on peut les faire chez soi ? De qui se moque t on ? Des gens de tous âges qui aiment l’eau pour ses propriétés apaisantes ce qui est fort appréciable au centre ville, pour le plaisir de sentir la douceur de l’eau sur la peau, et pour l’activité sportive qu’elle permet… Mais M. Boulard n’a peut être pas la même approche de ce qu’est le sport et notamment la natation… À quand les J. O sans eau ? M. Boulard vous proposez donc de nager dans nos Baignoires ? Vos arguments sont tous contestables et humiliants. Si le fond du problème est le coût de ladite piscine alors dites le franchement car c’est entendable. Mais là j’j’ai vraiment l’impression d’être prise pour une imbécile et je ne pense pas être la seule…. Décidément aucun de nos décideurs ne sait respecter la population.. C’est désespérant.

Comments are closed.